Confirmation du profil d'investisseur

Les informations contenues sur ce site sont exclusivement destinées aux investisseurs professionnels.

Les informations fournies sur ce site ne doivent pas être utilisées par des investisseurs particuliers.

Avant de poursuivre votre navigation sur ce site Internet, vous certifiez être un conseiller en gestion de patrimoine et avoir pris connaissance de nos « Conditions d'utilisation » . 

Veuillez confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous souhaitez accéder au site puis cliquer sur « Valider ».

Ce site utilise des cookies

Pour vous offrir la meilleure expérience possible lors de l’utilisation de notre site Web, les paramètres sont réglés pour « autoriser les cookies ». Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies ou modifier vos paramètres, veuillez vous reporter à notre politique relative au respect de la vie privée.

En confirmant être un conseiller en gestion de patrimoine et en continuant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation des cookies.

Glossaire

Chercher

Glossaire

A

Assouplissement quantitatif

Souvent considéré comme de l'impression de monnaie, l'assouplissement quantitatif est un outil de politique monétaire utilisé pour stimuler la masse monétaire au sein d'une économie en atténuant les pressions sur les banques et en améliorant leurs conditions de liquidité. La Banque du Japon a eu recours à l'assouplissement quantitatif en 2001 de manière à tenter de lutter contre la déflation.

B

Benchmark

Mesure par rapport à laquelle est comparée la performance d'un portefeuille, telle qu'un index, la moyenne ou la médiane d'une catégorie, ou un benchmark créé sur mesure.

Billet de trésorerie

Instrument de créance à courte échéance émis par une société afin de financer ses engagements à court terme. L'émetteur n'étant obligé de payer la valeur faciale qu'à la date d'échéance (pas de coupon), le billet de trésorerie est donc émis avec une décote afin d'offrir un rendement attractif à l'investisseur. Il n'est généralement pas garanti, si bien que seules les entreprises avec des notes de crédit élevées trouvent facilement des acheteurs sans devoir offrir une décote importante. En règle générale, son échéance n'est pas supérieure à 270 jours.

C

Contraction des rendements (obligations)

Lorsque les taux d’intérêt à court terme des emprunts sont supérieurs aux taux d’intérêt à long terme.

Corrélation

Mesure la manière dont deux titres évoluent l'un par rapport à l'autre. Deux titres négativement corrélés évoluent en sens contraires, tandis que deux titres positivement corrélés évoluent dans la même direction. Dans le cas peu probable d'une corrélation parfaite, deux titres évoluent alors dans une proportion exactement identique, de -1 (corrélation négative parfaite) à +1 (corrélation positive parfaite) ; 0 indique une absence totale de corrélation entre les deux.

Courbe des taux

Montre la relation entre le rendement et l'échéance d'une obligation. Elle représente de manière graphique le rendement des obligations de même qualité de crédit en fonction de leurs dates d'échéance relatives à un moment donné. La courbe des taux joue un rôle important pour étudier la situation actuelle et future des marchés de la dette et de l'ensemble de l'économie dans la mesure où elle évolue en fonction de facteurs tels que les fluctuations des devises, le sentiment des investisseurs, les taux d'intérêt, ainsi que l'offre et la demande. Une courbe des taux peut présenter l'un des trois principaux profils suivants : normale, inversée et plate. Une courbe normale peut être observée lorsque les obligations à long terme offrent des rendements plus élevés que celles à courte échéance de manière à tenir compte de l'exposition plus longue dans la durée de l'argent investi. Cette situation indique généralement que l'économie est appelée à croître et l'inflation à s'accélérer. Une courbe inversée se produit lorsque les rendements des obligations à longue échéance deviennent inférieurs à ceux des obligations à court terme. Cela témoigne de prévisions d'un déclin de l'économie au sein de laquelle les taux d’intérêt sont attendus en baisse et où les investisseurs devront se contenter de rendements à long terme moins élevés. Une courbe plate apparaît lorsque les obligations de toutes les échéances présentent les mêmes rendements. Ce profil illustre une incertitude entourant l'économie et la courbe a toutes les chances de retrouver un profil normal ou inversé par la suite.

Covenant

Clause contractuelle stipulée dans une émission obligataire pour la protection du détenteur de l'obligation. Un covenant est une clause juridiquement contraignante obligeant l'émetteur à prendre (covenant positif) ou à éviter de prendre (covenant négatif) certaines mesures. Par exemple, un covenant positif pourrait contraindre l'émetteur à conserver un certain ratio dette/capitaux propres afin d'éviter toutes conséquences négatives d'une acquisition d'une entreprise financée en grande partie par endettement (« leveraged buyout »).

Covenant « allégé » (« Covenant-light » ou « cov-lite »)

Fait référence à des contrats de prêt non assortis des clauses habituelles destinées à protéger l'investisseur. Contrairement aux émissions assorties des covenants habituels, les obligations avec des covenants « allégés » sont considérées comme plus risquées car ne comprenant pas le même mécanisme d'alerte précoce. Dans le passé, les banques insistaient sur les covenants afin de se protéger, mais les rachats d'entreprises par effet de levier (« leveraged buyouts », LBO) et la concurrence ont conduit les termes des émissions de dette à devenir moins strictes.

Credit Default Swap (CDS)

Contrat d’échange permettant à deux parties de se transférer entre eux le risque de crédit. L’acheteur d’un CDS paie des primes périodiques à son vendeur, qui s’engage à compenser les pertes en cas de défaut sur un investissement sous-jacent (généralement une obligation ou un prêt). Le vendeur d’un CDS garantit la solvabilité de l’investissement sous-jacent et reçoit des primes en contrepartie de sa prise de risque. Toutefois, l’acheteur d’un CDS n’a pas besoin de détenir l’investissement sous-jacent.

D

Déflation

Taux d'inflation négatif. La déflation survient sous l'effet d'une baisse générale et durable des prix des produits et services dans l'économie qui conduit le taux d'inflation à passer en-deçà du seuil de 0 % ; elle a pour effet d'accroître la valeur réelle de l'argent. Elle est souvent provoquée par la diminution de la masse monétaire ou du crédit dans l'économie et se traduit par une augmentation du chômage en raison du ralentissement de la demande qui, à son tour, peut déboucher sur une dépression économique.

Dette mezzanine

Dette occupant une position intermédiaire dans le cadre d'un rachat d'une entreprise par endettement (« leveraged buyout », LBO). On appelle la dette mezzanine la dette très subordonnée qui s'interpose entre la dette de tranche senior et les capitaux propres. En règle générale, un investissement mezzanine inclut un prêt à l'emprunteur, en plus d’une augmentation de capital par l'emprunteur sous la forme d'une émission de warrants, d'actions ordinaires, d'actions de préférence ou d'autres titres assimilables. Le financement mezzanine partage certaines des caractéristiques du financement par emprunt et par capitaux propres.

Dette senior (ou dette de 1er rang)

Dette d'une entreprise bénéficiant de garanties spécifiques et dont le remboursement se fait prioritairement par rapport aux autres dettes, dites dettes subordonnées, en cas de faillite de l'émetteur.

Dette subordonnée

Egalement connue sous le nom de dette junior, la dette subordonnée désigne la dette d'une entreprise de moindre rang que sa dette normale. En cas de défaut, le remboursement de la dette subordonnée n'intervient qu'après celui des autres dettes dites privilégiées (dette senior ou de 1er rang). En règle générale, la structure du capital d'une société est la suivante : dette senior (rang prioritaire), dette subordonnée (rang intermédiaire) et capitaux propres (dernier rang en termes de priorité). En contrepartie du risque supplémentaire accepté, les créanciers subordonnés se voient donc offrir un taux d'intérêt ou un rendement plus élevé que pour la dette senior. Les établissements tels que les banques ont une structure d'endettement plus complexe et composée de différents niveaux de dette subordonnée.

E

EBITDA (Bénéfice avant intérêts, impôts, amortissements et provisions)

Indicateur de la performance financière couramment utilisé pour comparer la rentabilité entre des sociétés et des secteurs. Plus simplement, l'EBITDA représente les produits d'exploitation moins les charges d'exploitation d'une entreprise et est souvent utilisé pour analyser un titre.

Engagements

Paiements prévus (par exemple, les paiements futurs au titre des retraites).

Euribor (Euro Interbank Offered Rate)

Taux de référence auquel les banques de la zone euro se prêtent entre elles sur le marché monétaire de gros (le marché interbancaire). Il s'agit du taux moyen auquel les grandes banques de la région se prêtent en blanc (c’est-à-dire, sans que le prêt ne soit gagé par des titres) à des échéances comprises entre une semaine et un an.

G

Gilt

Obligation émise par l'État britannique. Compte tenu de la nature de l'émetteur, il existe une très faible probabilité de défaut.

L

London Interbank Offered Rate (LIBOR)

Publié chaque jour ouvré à 11h (heure de Londres) par la British Bankers' Association (BBA), le LIBOR est le taux de référence auquel les grandes banques britanniques se prêtent entre elles en blanc (c’est-à-dire, sans que le prêt ne soit gagé par des titres) sur le marché monétaire de gros ou le marché interbancaire. Il est calculé sur la base de la moyenne des taux des dépôts interbancaires offerts par un échantillon de grandes banques et ses échéances sont comprises entre un jour à un an. Le LIBOR est souvent utilisé comme taux de référence pour comparer les rendements obligataires. Par exemple, si le rendement d'une obligation est de 6 % et que le taux LIBOR est de 3 %, l'obligation offre une rémunération supérieure de 300 points de base (pb) au LIBOR. Il sert également de taux de référence pour les accords futurs sur les taux d'intérêt (« forward rate agreements »), ainsi que pour les instruments tels que les swaps d'inflation, les swaps de taux d’intérêt et les obligations à taux variable.

N

Non-investment grade

Notation attribuée à un titre jugé spéculatif (autrement dit, offrant une moindre certitude en matière de préservation du capital), selon une agence de notation de crédit telle que Fitch Ratings, Moody’s ou Standard & Poor’s.

O

Obligation à coupon zéro

Obligation ne donnant pas lieu à la distribution de coupons. En contrepartie, elle est émise avec une décote par rapport à sa valeur faciale, à laquelle elle est remboursée à son échéance.

Obligation sécurisée

Obligation garantie par les flux financiers d'un portefeuille de créances hypothécaires ou de crédits du secteur public. Si sa structure peut varier, elle possède toutefois une caractéristique commune en ce sens où les investisseurs sont les créanciers prioritaires en cas de défaut. Si l'émetteur devient insolvable, le portefeuille d'actifs sécurise l'obligation. C'est pourquoi elle se voit généralement attribuer une notation de crédit AAA. Elle est similaire à un titre adossé à des actifs (ABS), mais diffère en ce sens où elle reste inscrite au bilan consolidé de l'émetteur.

Obligation structurée adossée à des emprunts (« Collateralised debt obligation », CDO)

Véhicule d'investissement destiné à lever des capitaux en émettant des titres pour investir dans un portefeuille d'actifs, comprenant des obligations, des prêts structurés, des titres adossés à des actifs et des placements privés. Les flux financiers d'un CDO sont divisés en tranches de différents profils de rendement/risque et distribués aux investisseurs. La notation de crédit de chaque tranche témoigne de la qualité et de la diversité des actifs sous-jacents, ainsi que de son niveau de protection par rapport aux tranches moins bien notées.

En cas de défaut au sein du portefeuille d'actifs, ce sont les tranches les moins bien notées qui sont touchées les premières. En conséquence, le principal et les coupons générés par le portefeuille sont assignés aux tranches par ordre décroissant de subordination, la tranche « dette senior » étant la première dans la hiérarchie et la tranche « capitaux propres » la dernière.

R

Ratio dette/capitaux propres

Calculé en divisant l'endettement total d'une société par ses capitaux propres ; ce ratio révèle la proportion de dette et de capitaux propres que la société utilise afin de financer ses actifs. Par exemple, un ratio dette/capitaux propres élevé signifie généralement qu'une entreprise a eu massivement recours à l'emprunt pour financer sa croissance.

Remboursement

Date à laquelle l'émetteur d'une obligation rembourse la somme empruntée (le principal) aux détenteurs de l'obligation.

Rendement effectif

Si un coupon est réinvesti après avoir été reçu, le rendement pouvant être attendu est le rendement effectif. Pour les obligations traditionnelles, le rendement effectif en période de hausse des taux d'intérêt est généralement supérieur à celui indiqué afin de compenser l'effet de la capitalisation des paiements des coupons.

Risque de crédit

Le risque de crédit d'une obligation est lié au risque relatif de défaut de l'emprunteur sur un coupon ou sur le principal à l'échéance. Cela signifie que la situation financière de l'emprunteur  a un effet important sur le rendement des obligations qu'il émet. Dans la mesure où les investisseurs escomptent généralement un rendement plus élevé pour accepter un risque de crédit plus important, plus l'entreprise est risquée et plus le rendement offert est élevé.

S

SICAV

OPCVM très répandu en Europe occidentale, surtout en France, au Luxembourg, en Suisse, en Italie, en Espagne et en Belgique.

L'acronyme SICAV signifie Société d'Investissement à Capital Variable.

Spread de crédit

Ecart de rendement entre des obligations de différentes qualités de crédit. L'ampleur du spread témoigne du rendement supplémentaire offert à un investisseur pour acheter une obligation plus risquée qu'une autre considérée comme « plus sûre ». Les spreads de crédit sont généralement indiqués en points de pourcentage (aussi appelés points de base, ou bps) par rapport à un investissement ou un taux de référence sans risque (ou faiblement risqué) comme, par exemple, les emprunts d'Etat ou l'EURIBOR.

Sub-prime

Crédit immobilier consenti par des institutions financières à des ménages ne présentant pas toutes les garanties nécessaires et suffisantes pour bénéficier de taux d’intérêt préférentiels (les emprunteurs dits « prime »). Ces emprunteurs sont considérés comme plus risqués pour des raisons telles que la faillite, le non remboursement de leurs prêts ou le manque d'expérience en matière d'emprunt. Le terme « sub-prime » a pour la première fois été utilisé lors de l'assèchement du crédit intervenu en 2007, suite aux immenses pertes dues aux défauts de remboursement de crédits « sub-prime » qui ont ébranlé le marché hypothécaire américain.

Swap

Contrat dérivé en vertu duquel deux contreparties conviennent de s'échanger des flux financiers distincts, appelés « jambes ». Un swap est basé sur un montant notionnel (valeur théorique de référence) qui n'est généralement pas physiquement échangé entre les deux contreparties. Cela signifie qu'un swap peut être utilisé pour créer une exposition non financée à un actif sous-jacent en réalisant un gain ou une perte en fonction des mouvements de prix. Les investisseurs utilisent un swap pour se protéger contre certains risques (via un swap d'inflation) ou pour spéculer sur l'évolution du prix sous-jacent d'un actif (via un swap de rendement total).

Synthétique

Un instrument d'investissement synthétique simule les performances d'un investissement réel en utilisant plusieurs caractéristiques dérivées d'autres actifs. Un exemple simple consisterait à simultanément acheter une option d'achat et vendre une option de vente sur une action. Le gain potentiel serait identique à celui enregistré en détenant l'action elle-même, mais avec un véhicule synthétique.

Synthétique

Un instrument d'investissement synthétique simule les performances d'un investissement réel en utilisant plusieurs caractéristiques dérivées d'autres actifs. Un exemple simple consisterait à simultanément acheter une option d'achat et vendre une option de vente sur une action. Le gain potentiel serait identique à celui enregistré en détenant l'action elle-même, mais avec un véhicule synthétique.

T

Taux de distribution brut

Flux financiers annuels historiques rapportés au montant du principal d'une obligation. Pour l'essentiel, ce chiffre représente les flux financiers prévus générés par les intérêts sur un an, mais il peut également inclure la distribution des rendements ou les plus-values.

Taux de rendement actuariel

Taux de rendement total d'un titre incluant la croissance du capital et les revenus prévus dès lors que le titre est détenu jusqu'à son échéance.

Taux de rendement actuariel

Rendement attendu d'une obligation dès lors qu'elle est détenue jusqu'à sa date d'échéance. Il est exprimé en termes annuels et en pourcentage, et suppose que tous les coupons soient réinvestis au même taux qu'au moment de l'investissement initial. Il peut également être appelé « rendement à l'échéance » ou plus simplement « rendement ».

Taux d'intérêt réel

Taux d'intérêt tenant compte des effets de l'inflation dans le temps. Lors d'un investissement dans une obligation, le taux d'inflation pendant toute la durée de vie de l'obligation n'est pas connu, d'où le risque pour un investisseur de voir la hausse des prix éroder une partie de son rendement. Le taux d'intérêt réel est calculé en soustrayant le taux d'inflation du taux d'intérêt nominal afin d'obtenir un taux d'intérêt effectif, plutôt que nominal.

Titre adossé à des actifs (ABS)

Titre dont les flux financiers sont garantis par un portefeuille d'actifs sous-jacents autres que des crédits immobiliers, tels que des créances correspondant à des crédits automobiles, des encours de cartes bancaires et des paiements de redevances. Sur les marchés de la titrisation, il est courant de faire la distinction entre les ABS et les MBS (titres adossés à des créances immobilières). Toutefois, sur les marchés en dehors des États-Unis, le terme ABS peut englober toutes les catégories d'instruments titrisés, y compris ceux dont les flux financiers sont garantis par le principal et les paiements d'intérêts de prêts hypothécaires.

Titre adossé à des créances hypothécaires (MBS)

Type de titre adossé à des actifs qui est garanti par les flux financiers d'un portefeuille de prêts hypothécaires. Les prêts hypothécaires doivent émaner d'une institution financière réglementée et agréée. Sur le marché hypothécaire américain, dans la mesure où les propriétaires ont la possibilité de rembourser plus que la mensualité obligatoire (et même jusqu'à l'intégralité du prêt), les flux financiers d'un MBS ne sont pas toujours connus à l'avance, ce qui peut s'avérer être un désavantage pour les investisseurs.

Titre adossé à des créances hypothécaires commerciales (« Commercial Mortgage Backed Securities », CMBS)

Titre adossé à des créances hypothécaires dont les flux financiers sont garantis par des prêts liés à de l'immobilier commercial. Un CMBS peut fournir des liquidités aux investisseurs immobiliers et aux établissements de crédit aux entreprises.

V

Vente à découvert synthétique

Utilisation d'un instrument dérivé pour initier une position vendeuse sur un actif. Une vente à découvert « traditionnelle » consiste à emprunter un actif, à le vendre, à le racheter à un moindre prix (dans le meilleur des cas) et à le rendre à la personne à laquelle il a été emprunté. Une vente à découvert synthétique est généralement moins onéreuse car elle permet d'éviter les frais d'emprunt, ainsi que les coûts liés à la vente et à l'achat de l'actif.

Pour plus d'informations