Confirmation du profil d'investisseur

Les informations contenues sur ce site sont exclusivement destinées aux investisseurs professionnels.

Les informations fournies sur ce site ne doivent pas être utilisées par des investisseurs particuliers.

Avant de poursuivre votre navigation sur ce site Internet, vous certifiez être un conseiller en gestion de patrimoine et avoir pris connaissance de nos « Conditions d'utilisation » . 

Veuillez confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous souhaitez accéder au site puis cliquer sur « Valider ».

Dette émergente : rétrospective 2017 et perspectives 2018

23/02/2018

L’allocation d’actifs a été une importante source de surperformance

Stabilisation des fondamentaux, reprise de la croissance de l'économie mondiale, léger rebond des prix des matières premières et dissipation des inquiétudes géopolitiques, autant d’éléments qui ont contribué aux très bonnes performances de la dette des marchés émergents en 2017.

Veuillez noter que les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur des investissements peut fluctuer et ainsi faire baisser ou augmenter la valeur liquidative des fonds. Vous pouvez donc ne pas récupérer votre placement d'origine. Les fluctuations des taux de change auront une incidence sur la valeur de votre investissement. Veuillez noter que les marchés émergents sont généralement plus sensibles aux facteurs économiques et politiques et les investissements peuvent être moins facilement achetés et vendus. Dans certains cas exceptionnels, le fonds peut éprouver des difficultés à vendre des investissements sur les marchés émergents ou à générer des revenus grâce à ces mêmes investissements, ce qui pourrait entraîner une perte pour le fonds. Dans de telles circonstances, cela pourrait entraîner la suspension temporaire de la négociation des parts du fonds.

Performances de la dette émergente en 2017 (en USD) 
Performance totale (%) Intérêts (%) Cours (%) Spread (%) Emprunt d’État américain (%) Devise (%)
Dette souveraine émergente en devise forte
(JP Morgan EMBI Global Diversified)
10,2 5,8 5,2 8,5 1,6 N/A
Dette des entreprises émergentes en devise forte
(JP Morgan CEMBI Broad Diversified)
7,9 5,1 2,7 6,5 1,4 N/A
Dette souveraine émergente en devise locale
(JP Morgan GBI EM Global Diversified)
16,0 6,2 2,8 N/A N/A 6,4

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
Source : M&G, JP Morgan, au 3 janvier 2018

Le dollar américain a atteint son point culminant au début de l’année 2017, ce qui a permis aux devises émergentes de bien se comporter. Les devises des pays développés se sont elles aussi fortement appréciées face au dollar américain, en particulier l’euro, le marché n’anticipant pas une Fed moins accommodante et une relance budgétaire plus agressive aux États-Unis, ainsi que la poursuite d’une reprise généralisée de la croissance dans la zone euro. Ceci, conjugué à une légère hausse des prix des matières premières et à la désinflation dans de nombreux pays émergents, a permis à la plupart des devises de rebondir face au dollar américain, même si beaucoup n’ont toutefois pas surperformé l’euro.

Un penchant pour les devises locales

En 2017, l’un de nos principaux thèmes d’investissement a consisté à augmenter l’exposition du fonds M&G Emerging Markets Bond Fund aux emprunts d’État libellés en devise locale. Selon nous, l’attrait de ces actifs s’était amélioré suite à leur sous-performance en 2016, et ce, grâce à des facteurs tels que l’appréciation de plusieurs devises émergentes face au dollar américain et les rendements plus élevés offerts par ce segment du marché.

En 2018, les marchés en devise locale devraient encore surperformer ceux de la dette en devise forte, mais leurs rendements seront probablement un peu plus modestes car l’essentiel des bonnes nouvelles est déjà intégré dans les cours. Les surprises économiques dans les pays émergents sont en train de se modérer, signifiant ainsi que la reprise de la croissance dont nous parlons depuis plus d’un an pourrait désormais être en grande partie déjà reflétée dans les cours.  De plus, la désinflation observée dans plusieurs pays émergents en 2017 (Brésil, Russie, Colombie, etc.) a peu de chances de subsister en 2018, les effets de base s’estompant et la majeure partie de l’assouplissement monétaire dans les pays émergents étant désormais derrière nous. Enfin, et si cela devait se produire, un possible retard de la Fed (2-3 hausses sont actuellement anticipées en 2018) n’est actuellement pas encore intégré dans les cours et pourrait soutenir le billet vert.

La flexibilité est essentielle

Nous restons convaincus qu’il est essentiel de faire preuve de flexibilité pour investir avec succès sur les marchés obligataires émergents. En effet, elle permet de détenir en portefeuille les obligations et les devises les plus intéressantes et d’éviter les pays ou les secteurs dont les perspectives sont défavorables. 

Nous pouvons investir comme bon nous semble et sans contrainte dans l’ensemble des marchés obligataires émergents en devise forte ou en devise locale, que ce soit en obligations souveraines ou d’entreprises. Cela nous permet de construire un portefeuille diversifié reflétant nos « meilleures idées » au sein de l’univers obligataire émergent dont la performance à long terme repose sur la gestion dynamique du risque de crédit, la duration et les devises.

Track record du fonds depuis la prise de fonction de la gérante en décembre 2013

Performance au 31.01.18
YTD 
2018
2017
2016 2015 2014 2013 Annualisée depuis la prise de fonction de la gérante 
M&G Emerging Markets Bond Fund USD A
+1,5% +13,0% +10,2% -1,1% +5,2% -0,7% +6,9%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
Les performances sont calculées au 31.01.18 par Morningstar, Inc., « price to price » en dollars sur la base des coupons bruts réinvestis pour la part A Acc. en USD. Date de prise de fonction de la gérante : 2 décembre 2013

En bref

  • Nous restons optimistes à l’égard de la dette émergente en 2018, mais dans une moindre mesure qu’en 2017.
  • La sélection des titres jouera un rôle fondamental car les disparités de rendement entre les sous-classes d’actifs de la dette émergente devraient augmenter.
  • Si les risques extrêmes (la politique économique et monétaire des États-Unis, la Chine, les risques géopolitiques et les élections dans les pays émergents, etc.) restent au second plan et que la volatilité demeure contenue, les obligations émergentes continueront d’offrir des rendements plus attractifs que leurs homologues des pays développés.
  • Au sein des obligations en devise forte, les pays à bêta plus élevé ont surperformé. Cette tendance pourrait se poursuivre en 2018 mais l’alpha devrait à nouveau être en ligne de mire après une année 2017 relativement calme.

Le fonds peut recourir de manière significative aux produits dérivés.