Confirmation du profil d'investisseur

Les informations contenues sur ce site sont exclusivement destinées aux investisseurs professionnels.

Les informations fournies sur ce site ne doivent pas être utilisées par des investisseurs particuliers.

Avant de poursuivre votre navigation sur ce site Internet, vous certifiez être un conseiller en gestion de patrimoine et avoir pris connaissance de nos « Conditions d'utilisation » . 

Veuillez confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous souhaitez accéder au site puis cliquer sur « Valider ».

Perspectives 2020

27/12/2019

L’année 2019 se termine et la récession évoquée par certains semble maintenant pouvoir être écartée. L’économie mondiale se stabilise et un rebond dans la zone euro et en Chine n’est plus à exclure. Les politiques monétaires demeurent très accommodantes et la relance budgétaire se profile partout dans le monde…

Pour plus d’informations sur les termes financiers utilisés dans cet article, veuillez consulter le glossaire.

L’année 2019 se termine et la récession évoquée par certains semble maintenant pouvoir être écartée. L’économie mondiale se stabilise et un rebond dans la zone euro et en Chine n’est plus à exclure. Les politiques monétaires demeurent très accommodantes et la relance budgétaire se profile partout dans le monde, le Japon ayant par exemple récemment annoncé un plan de soutien de plus de 100 milliards d’euros.

Aux USA l’indicateur ISM des services demeure à des niveaux satisfaisants, à hauteur de 53.90, ceci étant un gage de la robustesse à venir de l’économie américaine compte tenu du poids des services dans cette économie. Quant à l’ISM industriel, il a cessé de chuter et s’établit à 48.10. Les créations d’emplois nettes mensuelles sont toujours aussi fortes avec 266 000 emplois créés en novembre. Le Conference Board Consumer Index, mesure de la confiance des ménages américains, est à un niveau historiquement élevé et la consommation des ménages est toujours aussi solide (progression annualisée de +2.9% au troisième trimestre 2019). La Réserve Fédéral d’Atlanta estime le 6 décembre que la croissance américaine au quatrième trimestre est de l’ordre de +2% selon son modèle GDPNow. Enfin notons les bons résultats d’entreprises au troisième trimestre avec 77% des entreprises du S&P 500 publiant des résultats supérieurs aux attentes. Au final la récession est peu probable pour l’année 2020.

Dans la zone euro on peut compter également sur les services avec un indice PMI pour ce secteur toujours en territoire d’expansion, à 51.90. L’industrie est à la peine mais l’indice Markit Manufacturing se redresse depuis deux mois en passant de 45.7 en septembre à 45.9 en octobre puis 46.9 en novembre. Les résultats d’entreprises ont été de bonne facture avec au troisième trimestre 72% des entreprises de la zone euro publiant des bénéfices au-delà des anticipations. L’activité a sans doute atteint son point bas et un léger rebond est probable, d’autant plus que le débat sur la nécessité d’une relance budgétaire prend de l’ampleur et a de bonnes chances d’aboutir. Une initiative conjointe des autorités monétaires et politiques serait de nature à stimuler la croissance en zone euro. A titre d’exemple, rappelons que le plan Juncker, avec ses 439 milliards d’euros d’investissements entre 2015 et 2019 dans le cadre d’une coordination entre les pouvoirs publiques et des investisseurs privés, a permis sur la période 2015-2019 d’augmenter le PIB de la zone de 0.9% et de créer 1.7 million d’emplois (estimations de la commission européenne).

Enfin, s’agissant de la Chine, l’indice Caixin/Markit China Manufacturing PMI se redresse depuis quelques mois pour s’établir récemment à 51.80 tandis que pour les services l’indicateur est de 53.50. Le China Leading Indicator de l’OCDE semble également témoigner d’un rebond à venir de l’activité et la croissance en 2020 devrait être de l’ordre de 6%, les autorités faisant le nécessaire en termes de politique monétaire et budgétaire pour a minima stabiliser la croissance.

Tout cela laisse encore ouverte la question du commerce international. Mais la récente première étape de l'accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis apporte beaucoup d'optimisme.

Dans ce contexte fort probable de soutien monétaire et budgétaire mondiale, nous continuons à privilégier les actions qui présentent des primes de risque historiquement élevés, le crédit BBB US dont les spreads sont encore suffisamment rémunérateurs, la dette souveraine émergente en devise locale qui présente des rendement attractifs et devrait bénéficier du maintien d’une politique accommodante de la part de la FED, le sterling et le yen qui nous semblent sous-évalués au regard notamment des modèles de parité de pouvoir d’achat.

Achevé de rédiger le 10 décembre 2019, par Florent Delorme, macro analyste chez M&G Investments.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur liquidative des fonds pourra aussi bien baisser qu’augmenter. Ainsi, la valeur de votre investissement pourra aussi bien baisser qu’augmenter et il est possible que vous ne récupériez pas la totalité de votre investissement initial. Les opinions exprimées dans le présent document ne sauraient en aucun cas constituer des recommandations, des conseils ou des prévisions. Nous ne sommes pas autorisés à donner des conseils financiers. En cas de doute quant à la pertinence de votre investissement, nous vous invitons à vous rapprocher de votre conseiller financier.

Ce document financier promotionnel est publié par M&G International Investments S.A. Siège social : 16, boulevard Royal, L 2449, Luxembourg.