Confirmation du profil d'investisseur

Les informations contenues sur ce site sont exclusivement destinées aux investisseurs professionnels.

Les informations fournies sur ce site ne doivent pas être utilisées par des investisseurs particuliers.

Avant de poursuivre votre navigation sur ce site Internet, vous certifiez être un conseiller en gestion de patrimoine et avoir pris connaissance de nos « Conditions d'utilisation » . 

Veuillez confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous souhaitez accéder au site puis cliquer sur « Valider ».

Pourquoi les élections américaines sont-elles importantes pour les marchés émergents ?

03/11/2020

L’influence des États-Unis sur la scène mondiale est telle que l’orientation des politiques économiques et étrangères menées par Joe Biden ou Donald Trump sera déterminante pour les actifs des marchés émergents.

Partout dans le monde, les économies s’efforcent de s'affranchir de la récession provoquée par la pandémie, mais une autre source d’incertitude pèse sur les marchés financiers mondiaux : l'élection présidentielle américaine.

La bataille pour la Maison-Blanche aura des conséquences sur les actifs des autres régions qui ne sont peut-être pas forcément évidentes. Pourtant, l’influence des États-Unis sur la scène mondiale est telle que l'issue finale du scrutin pourrait avoir de profondes implications, en particulier pour certains marchés émergents.

Entre une victoire de Joe Biden à la présidence - avec ou sans majorité démocrate au Sénat - et un statu quo en faveur de Donald Trump, chaque issue possible pourrait avoir des conséquences différentes pour les marchés émergents. Le scénario le plus redouté par les marchés serait l’incertitude d’un résultat controversé.

Puissance économique : Le dollar tout-puissant

L’influence économique des États-Unis sur le reste du monde est considérable, non seulement en raison de la taille de l’économie du pays, mais aussi parce que celui-ci imprime la monnaie mondiale. En raison de l'amplitude de son marché intérieur, la politique commerciale américaine ne peut pas être facilement ignorée par les autres pays.

Ces élections se déroulent dans un contexte économique de sortie de récession, avec des taux d’intérêt américains historiquement bas et qui devraient le rester pendant plusieurs années. Il est donc probable que les deux candidats à la présidence adoptent de nouvelles mesures de relance budgétaire puisque la relance monétaire atteint ses limites. Néanmoins, l’impact de ces dépenses publiques supplémentaires dépendra de leur ampleur et de leur objet.

Joe Biden pourrait choisir d’emprunter des montants relativement plus importants et de concentrer les dépenses sur les personnes à faibles revenus, ce qui devrait avoir un effet multiplicateur plus important et entraîner une reprise économique plus soutenue. Donald Trump, en revanche, pourrait privilégier les réductions d’impôts. Celles-ci profiteraient aux plus fortunés et entraîneraient une reprise plus lente, mais pourraient se traduire par une dette fédérale américaine moins lourde.

La nature de cette relance budgétaire influencera les rendements des bons du Trésor américain, qui offrent actuellement pour la plupart des rendements négatifs, une fois corrigés de l’inflation. Comparés aux rendements négatifs offerts par la dette souveraine des marchés développés, les actifs des marchés émergents qui procurent un rendement plus élevé n’en sont que plus attractifs.

La force relative du dollar américain est un paramètre important pour les devises des marchés émergents. Un dollar américain plus faible favorise les investissements dans les obligations des marchés émergents en devise locale. Bien que la tendance du dollar américain reste incertaine après l'élection de novembre, le résultat du scrutin pourrait en lui-même dissiper certaines des incertitudes qui ont affaibli les devises des marchés émergents à mesure que l'échéance approche.

Politique étrangère : Plutôt intransigeants ou plutôt accommodants ?

Les divergences entre les deux candidats sont plus nombreuses en matière de politique étrangère. Les États-Unis occupent une place importante sur le plan géopolitique, puisqu’ils imposent des sanctions et fournissent des financements, tout en étant la première puissance militaire mondiale. Ils ont également un rôle essentiel à jouer pour relever les grands enjeux mondiaux, comme le démontre leur récente absence sur le front de la lutte contre l’urgence climatique.

Les relations tendues entre les États-Unis et la Chine ont fait peser des risques sur les actifs des marchés émergents ces dernières années. Bien que les deux partis partagent les mêmes opinions sur les origines de ce conflit diplomatique et commercial, la présidence de Joe Biden pourrait rendre la politique à l’égard de la Chine plus prévisible, grâce à une plus grande consultation des experts.

Elle pourrait également favoriser un retour à une approche plus multilatérale de l'évolution de la scène internationale. En effet, des institutions comme le Fonds monétaire international pourraient être dotées de plus de compétences et de ressources pour soutenir les pays à faible revenu.

La présidence de Joe Biden pourrait également permettre de rendre la politique américaine plus écologique, en prenant l’engagement de réintégrer l’accord de Paris sur le climat et de viser des émissions nettes de carbone nulles d’ici 2050. De nouvelles initiatives des États-Unis en matière de changement climatique encourageraient les autres pays à agir.

Parmi les marchés émergents, certains pays seraient probablement plus gagnants que d’autres. Une victoire de Joe Biden pourrait enrayer la récente détérioration des relations commerciales, par exemple avec le Mexique, mais elle pourrait aussi mettre sous pression les pays dont le bilan environnemental est médiocre, comme le Brésil. Elle pourrait également entraîner un durcissement de la politique à l’égard de la Russie et de la Turquie.

Mais la plus grande source d’incertitude pourrait concerner sa politique à l’égard des pays du Moyen-Orient. Sous une administration Biden, il est possible que les États-Unis bouleversent les accords de l’OPEP+ sur la production de pétrole, négocient et assouplissent les sanctions contre l’Iran, tout en faisant pression pour que des mesures environnementales soient prises dans le cadre de leurs relations avec les pays exportateurs de pétrole.

Modeler la décennie 2020

Peu importe qui se verra confier les clés de la Maison-Blanche, les perspectives à court terme des marchés émergents seront très certainement influencées par la pandémie de COVID-19, au moins en 2021.

Il est peu probable que les élections américaines provoquent du jour au lendemain des changements radicaux dans d’autres régions du monde. Il est néanmoins presque certain que cela aura des conséquences, même indirectes, pour les investisseurs qui souhaitent se tourner vers les actifs des marchés émergents au cours des quatre prochaines années.

Les opinions exprimées dans le présent document ne sauraient en aucun cas constituer des recommandations, des conseils ou des prévisions.

M&G n’est pas autorisé à donner des conseils financiers. En cas de doute quant à la pertinence de votre investissement, nous vous invitons à vous rapprocher de votre conseiller financier.

Ce document est destiné à l’usage des professionnels uniquement, sa distribution est interdite à toute autre personne ou entité, qui ne devrait pas s’appuyer sur les informations qu’il contient. La distribution de ce document en Suisse ou à partir de la Suisse n'est pas autorisée à l'exception de la distribution aux investisseurs qualifiés tels que défini par la loi suisse sur les placements collectifs de capitaux, l'Ordonnance suisse sur les placements collectifs et la Circulaire de l'autorité suisse de surveillance (« Investisseur qualifié »). Celui-ci est mis à disposition du destinataire initial (à condition qu'il s'agisse d'un Investisseur Qualifié) uniquement. Les organismes de placement collectif visés dans le présent document (les « fonds ») sont des sociétés d'investissement ouvertes à capital variable, constituées en Angleterre et au pays de Galles pour les fonds M&G Investments et au Luxembourg pour les fonds M&G (Lux). Les Statuts, le Prospectus, le Document d’Informations Clés pour l’Investisseur (DICI), les Rapports Annuels et Intérimaires et les Etats Financiers du Fonds peuvent être obtenus gratuitement auprès du Gérant– M&G International Investments S.A. ou auprès de sa succursale en France ; de l’agent centralisateur français du Fonds : RBC Investors Services Bank France ; M&G International Investments Switzerland AG, Talstrasse 66, 8001 Zurich; ou Société Générale, Paris, Zurich Succursale, Talacker 50, P.O. Box 5070, 8021 Zurich, qui agit en tant que représentant suisse des fonds (le « Représentant suisse ») et agit en tant qu'agent payeur suisse. Avant toute souscription, vous devez lire le Prospectus, qui contient les risques d'investissement associés à ces fonds. Ce document financier promotionnel est publié par M&G International Investments S.A. Siège social : 16, boulevard Royal, L 2449, Luxembourg.