Confirmation du profil d'investisseur

Les informations contenues sur ce site sont exclusivement destinées aux investisseurs professionnels.

Les informations fournies sur ce site ne doivent pas être utilisées par des investisseurs particuliers.

Avant de poursuivre votre navigation sur ce site Internet, vous certifiez être un conseiller en gestion de patrimoine et avoir pris connaissance de nos « Conditions d'utilisation » . 

Veuillez confirmer que vous êtes un investisseur professionnel et que vous souhaitez accéder au site puis cliquer sur « Valider ».

Entretien avec Richard Woolnough, gérant du fonds M&G (Lux) Optimal Income Fund

17/05/2019

Le 8 mars 2019, les classes d'actions non sterling du M&G Optimal Income Fund, une OEIC autorisée au Royaume-Uni qui a été lancée le 8 décembre 2006, ont fusionné avec le M&G (Lux) Optimal Income Fund, une SICAV autorisée au Luxembourg, lancée le 5 septembre 2018. La SICAV est gérée par le même gestionnaire de fonds, appliquant la même stratégie d'investissement que l'OEIC.

Pourquoi surpondérer les obligations d’entreprise Investment Grade et sous-pondérer fortement les obligations High Yield ?

Le fonds M&G (Lux) Optimal Income Fund est nettement surpondéré (environ 7,2 ans contre 4,1 ans pour l'indice de référence), ce qui témoigne de notre vision positive de l'économie mondiale et des spreads sur les obligations d’entreprises.

La forte tendance du fonds à privilégier le crédit Investment Grade par rapport aux obligations High Yield est le résultat de valorisations relatives et ne signifie pas que nous avons une vision négative du High Yield en soit. Selon nous, il existe actuellement sur le marché la meilleure valorisation relative (du point de vue du spread différentiel) entre les titres Investment Grade et les obligations High Yield depuis plusieurs années.

Nous apprécions particulièrement les crédits notés BBB, et en particulier ceux qui peuvent et veulent défendre leur statut BBB, ainsi que les obligations à long terme. La partie BBB du marché figure parmi ceux qui présentent les dislocations les plus importantes, ayant été affectée de manière négative par l'offre, et n’étant pas appréciée par de nombreux investisseurs en raison de sa proximité avec le High Yield. 

Bien que l'exposition au High Yield du fonds reste faible, nous avons légèrement augmenté notre exposition en mars, en ajoutant des noms en euros tels que Telecom Italia et une nouvelle émission de Telefonica. Nous continuerons de chercher des opportunités sur ce secteur au cas par cas.

Les obligations d'État sont des actifs liquides mais leur rendement est négatif. Comment allez-vous cherchez la performance ? Quelle est votre stratégie dans ce domaine ?

Nous préférons actuellement les obligations d’entreprises aux obligations d'État pour plusieurs raisons. L’offre est la première d’entre elle. La dynamique de l'offre va considérablement évoluer à l'avenir. Les bons du Trésor devraient augmenter considérablement à mesure que le déficit budgétaire américain se creusera sous l'impulsion du président Donald Trump, tandis que la période récente des fusions et acquisitions financées par des sociétés émettant des dettes importantes touche à sa fin. À notre avis, les évaluations des obligations d’entreprises demeurent attrayantes et nous sommes payés pour prendre des risques.

Nous détenons des petites positions dans des obligations souveraines de marchés émergents, bien que nous ayons réduit notre exposition à ces marchés en janvier, en particulier au Brésil, car ces obligations ont surperformé le crédit des marchés développés.

Depuis le début de l'année 2019, nous avons réduit notre exposition au Trésor américain en faveur des obligations allemandes afin de réduire notre duration en dollars américains. En mars, nous avons vendu notre dernier bon du Trésor américain (linker) après le rally, ce qui a ramené à zéro notre exposition aux bons du Trésor américain. Nous avons ajouté quelques linkers de la zone euro à la place, principalement des émissions à 10 ans de maturité de la France et de l'Allemagne. 

Du point de vue de la duration, la durée globale des taux d'intérêt du fonds s'établissait à 1,7 an fin mars, ce qui est nettement inférieur à ce que nous considérons comme étant une position neutre.

Quel est votre opinion sur l'inflation? On a du mal à imaginer que les salaires puissent augmenter aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans la zone euro ?

Le scénario le plus récurrent sur les marchés financiers ces derniers mois continue d'être la possible entrée en récession de l'économie américaine. Le marché établit ses prix en période de récession imminente, tandis qu'une série d'indicateurs économiques avancés montrent que la prochaine récession n’aura pas lieu avant plusieurs années. Le marché du travail reste très solide, ce qui fera augmenter les salaires avec le temps.

L’économie des États-Unis est fondée sur les services, et sa dépendance à l'égard des personnes plutôt que des biens signifie qu'il est peu probable qu'elle devienne déflationniste à court ou moyen terme. Le marché s'attend maintenant à ce que la prochaine mesure de la Réserve fédérale soit de baisser plutôt que d'augmenter les taux d'intérêt, mais à notre avis, la Fed risque de prendre encore plus de retard.

Vous sous-pondérez les obligations HY alors pourquoi maintenez-vous un faible niveau d’actions ? Le dividende est-il suffisant pour couvrir le risque ?

Le fonds M&G (Lux) Optimal Income Fund est un fonds obligataire stratégique flexible et, à ce titre, il sera toujours investi principalement dans des titres à taux fixe. Les actions constituent une position "hors indice de référence" pour le fonds. Nous n'achetons des actions qu'au cas par cas, lorsque les actions d'une société semblent moins chères que sa dette. 

La forte baisse des rendements obligataires en mars nous a poussés à explorer des opportunités dans le domaine des actions, où certaines actions commencent à être attrayantes. Nous avons ajouté une certaine exposition en achetant des actions d'Adecco, d'American Airlines et de BASF, portant notre exposition à environ 4,5 % à la fin mars 2019.

Quelles sont les principales leçons à retenir du dernier trimestre 2018?

Comme nous l'avons expliqué plus haut, les marchés se sont concentrés ces derniers mois sur la courbe quasi inversée des taux américains et sur le risque de récession qui y est associé, mais la réalité qui nous vient de Main Street est qu'il n'y a aucun signe imminent de récession et que l'économie réelle reste saine. À notre avis, Main Street a raison et Wall Street a eu tort. Nous sommes depuis longtemps d'avis que la Fed devra relever davantage ses taux et nous croyons que les investisseurs ne devraient pas être influencés par la volatilité des marchés, mais devraient plutôt rester fidèles à leurs convictions.

Nous croyons que l’importante correction sur le marché américain des obligations d’État début 2018 se produira également sur le marché des obligations allemand à un moment donné cette année. Du point de vue de la duration des taux d'intérêt, nous restons donc prudents.

La valeur et les revenus générés par l’actif du fonds fluctueront à la hausse comme à la baisse. Ainsi, la valeur de votre investissement pourra aussi bien baisser qu’augmenter et il est possible que vous ne récupériez pas la totalité de votre investissement initial.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Les opinions exprimées dans le présent document ne sauraient en aucun cas constituer des recommandations, des conseils ou des prévisions

Le fonds est exposé à différentes devises. Des produits dérivés sont utilisés pour minimiser, mais pas toujours éliminer, l’impact des fluctuations de change.

Ce document est destiné à l’usage des professionnels uniquement, sa distribution est interdite à toute autre personne ou entité, qui ne devrait pas s’appuyer sur les informations qu’il contient. 

La distribution de ce document en Suisse ou à partir de la Suisse n'est pas autorisée à l'exception de la distribution aux investisseurs qualifiés tels que défini par la loi suisse sur les placements collectifs de capitaux, l'Ordonnance suisse sur les placements collectifs et la Circulaire de l'autorité suisse de surveillance (« Investisseur qualifié »). Celui-ci est mis à disposition du destinataire initial (à condition qu'il s'agisse d'un Investisseur Qualifié) uniquement. 

Les organismes de placement collectif visés dans le présent document (les « fonds ») sont des sociétés d'investissement ouvertes à capital variable, constituées en Angleterre et au pays de Galles pour les fonds M&G Investments et au Luxembourg pour les fonds M&G (Lux).

Les Statuts, le Prospectus, le Document d’Informations Clés pour l’Investisseur (DICI), les Rapports Annuels et Intérimaires et les Etats Financiers du Fonds peuvent être obtenus gratuitement auprès du Gérant– M&G International Investments S.A. ou auprès de sa succursale en France ; de l’agent centralisateur français du Fonds : RBC Investors Services Bank France ; M&G International Investments Switzerland AG, Talstrasse 66, 8001 Zurich; ou Société Générale, Paris, Zurich Succursale, Talacker 50, P.O. Box 5070, 8021 Zurich, qui agit en tant que représentant suisse des fonds (le « Représentant suisse ») et agit en tant qu'agent payeur suisse.

Avant toute souscription, vous devez lire le Prospectus, qui contient les risques d'investissement associés à ces fonds.

Ce document financier promotionnel est publié par M&G International Investments S.A. Siège social : 16, boulevard Royal, L 2449, Luxembourg.