Elections américaines à la Chambre et au Sénat : quelles conséquences pour les marchés ?

13/11/2018

Pour plus d’explications sur les termes financiers utilisés dans cet article, veuillez-vous référer au glossaire.

Avec un gain de 28 sièges par rapport à la précédente mandature, les Démocrates reprennent le contrôle de la Chambre des Représentants. A l’inverse, ce sont les Républicains qui progressent de deux sièges au Sénat. Quelles conclusions doit-on en tirer ? 

Les Républicains certes perdent la majorité à la Chambre des Représentants mais le recul est contenu. Les élections de mi-mandat sanctionnent la plupart du temps le pouvoir en place et on se souvient des déconvenues de Bill Clinton perdant 54 sièges à la Chambre en 1994 ou de Barack Obama en cédant 63 en 2010. On ne peut donc pas parler de sévère défaite du Trumpisme, d’autant plus que la majorité républicaine au Sénat se renforce.

Qu’en est -il donc dorénavant pour les deux sujets auxquels les marchés sont très sensibles, à savoir les baisses d’impôt aux Etats-Unis et la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis ?

Un recours supplémentaire à des baisses de taxes dans les deux ans pour relancer de nouveau l’économie américaine semble désormais très hypothétique. C’est la Chambre qui vote le budget et les démocrates n’accepteront pas de réduction supplémentaire de la fiscalité. C’est donc un levier dont le Président américain ne dispose plus, notamment si la croissance américaine venait à ralentir. Seule la FED via sa politique monétaire peut maintenant stimuler l’économie américaine en cas d’affaiblissement de la croissance.

S’agissant de l’offensive douanière de Donald Trump, elle ne paraît pas pouvoir être stoppée par les résultats de ces élections. D’abord il n’y a pas de forte vague démocrate et Trump n’est pas affaibli dans son camp. Beaucoup de candidats républicains qui se revendiquaient du Trumpisme ont été élus. Ensuite il faut noter que la problématique protectionniste n’a pas été centrale dans la campagne et dans les motivations des électeurs. C’est surtout la question de la protection sociale qui a été clivante avec la potentielle réforme de l’Obamacare. Il n’y a donc pas de raison pour considérer que c’est la thématique du protectionnisme qui a fait reculer les Républicains à la Chambre. Enfin, les Démocrates ne semblent pas vouloir mener l’offensive sur ce terrain, d’autant plus que les moyens institutionnels dont ils disposent sur les questions internationales sont limités. Trump a donc toute la latitude pour maintenir la pression sur la Chine, même si ces derniers jours il a semblé vouloir tendre la main à l’Empire du Milieu.

La valeur des investissements peut fluctuer et ainsi faire baisser ou augmenter la valeur liquidative des fonds. Vous pouvez donc ne pas récupérer votre placement d'origine.

Les opinions exprimées dans le présent document ne sauraient en aucun cas constituer des recommandations, des conseils ou des prévisions.

Achevé de rédiger le 8 novembre 2018, par Florent Delorme, analyste macro chez M&G Investments

Ce document financier promotionnel est publié par M&G International Investments S.A. Siège social : 16, Boulevard Royal, L-2449, Luxembourg.